Home / Un secteur culturel en pleine mutation – Bilan 2018 par OVATIO (partie 1.)

Un secteur culturel en pleine mutation – Bilan 2018 par OVATIO (partie 1.)
06
Déc
2018

Lorsque la saison événementielle s’achève, l’heure vient de dresser le bilan. Pour l’année 2018, quelques grandes tendances sont à retenir : Tout d’abord, l’augmentation des prix des billets qui reste stable par rapport à l’an dernier (3% par an en moyenne). Ensuite, les chiffres de fréquentation totale sont pour la majorité en hausse. Si l’on prend l’exemple des festivals de musique, Les Vieilles Charrues enregistre un record avec 280 000 festivaliers, des records de de fréquentation sont également à noter pour le Printemps de Bourge ou le Hellfest. D’autres ont cependant vu leur nombre de festivaliers baisser comme Solidays avec une (baisse de fréquentation de 20%) ou Rock en Seine organisé par AEG et qui voyait Live Nation organiser la Paris Jam Session le même week end. Une autre tendance tend à se confirmer concernant la musique live, il s’agit de la hausse des budgets d’organisation à laquelle doivent faire face les tourneurs et promoteurs d’événements.

La hausse des budgets d’organisation

Depuis plusieurs années, les budgets d’organisation des festivals ont pour la majorité décollé, plusieurs raisons sont imputables à ce phénomène qui s’est une nouvelle fois accru en 2018.

La première raison à cette forte hausse est l’explosion du prix des cachets des artistes booké sur des concerts ou des festivals. Celle-ci est à mettre en perspective avec la baisse des revenus des artistes liées aux ventes de disque que ceux-ci cherchent à combler par les recettes générées par le live.

L’année 2018 a également vu les festivals souffrir d’une augmentation des frais liés à la sécurité principalement due à la mise en œuvre de la Circulaire Collomb entrée vigueur depuis le mois de mai. Cette nouvelle loi exige des organisateurs de festivals qu’ils prennent en charge le coût lié au déploiement de forces de sécurité qui était avant assuré par l’État. Pour exemple, le budget sécurité du festival des Eurockéennes de Belfort s’est vu augmenté de 800%. Douloureuse mais pas mortelle pour les mastodontes, la circulaire Collomb met un coup aux festivals indépendants : la première édition du festival Champs Libres à Saint Molf a dû être annulée faute de budget suffisant. De plus, l’adoption de cette nouvelle loi a perturbé de nombreuses organisations de festivals quand on sait qu’un budget est calculé environ une année à l’avance.

L’uniformisation des programmations de festival

La tendance selon laquelle les grands festivals de musique continuent années après années à uniformiser leurs programmations se confirme encore davantage en 2018. On observe en effet la récurrence de plus en plus importante dans le choix des têtes d’affiches des festivals français. Autrement dit, les mêmes artistes, principalement des têtes d’affiches reviennent beaucoup sur les gros festivals : Bigflo et Oli ont été bookés sur 25 festivals, dix fois ils ont partagé l’affiche avec Shaka Ponk, bookés sur 23 festivals en 2018. Les frères toulousains partagent également huit fois l’affiche avec IAM, bookés sur 21 festivals, et Eddy de Pretto, 23 festivals en 2018, et qui a lui été sur le même plateau qu’Orelsan 11 fois en 2018.

Cette uniformisation des programmations est également à mettre sur le compte d’un autre phénomène : beaucoup de festivals spécialisés continuent de s’éloigner de leur ADN d’origine. Par exemple, des festivals comme Garorock ou Rock en Seine originellement marqués d’une ADN rock bookent de plus en plus de têtes d’affiches liées au hip -hop devenu le style musical dominant en France (Orelsan, Macklemore, Damso pour Garorock ou encore PNL, Post Malone et Macklemore pour Rock en Seine).

 

Les incidents & sinistres auxquels ont dû faire face les producteurs

  • Intempéries

Les intempéries sont la première cause de report, d’annulation partielle ou totale dans l’événementiel. Si les salles sont à l’abris des intempéries, plusieurs festivals d’été ont dû revoir leur organisation voire annuler partiellement ou totalement leur édition 2018: le Touquet  Music Beach Festival a été totalement annulé à cause de vents trop violents, Le Festival de Carcassonne a dû annulé plusieurs représentations en raison de pluies torrentielles tout comme le Montivert Festival en Ardèche ou encore Garorock qui avait dû annuler une journée complète au début du mois de juillet à cause d’orages et de fortes pluies.

Au début de l’année, l’épisode de la crue de la seine a contraint nombre de lieux à fermer leurs portes, à reporté ou déplacer leurs événements (Le Petit Bain, Le Flow, Rosa Bonheur, Concrète…) et ont causé près de 2,5 millions d’euros de perte d’exploitation comme nous l’évoquions dans cet article dédié en mars dernier.

  • Dysfonctionnements

Autre cause de report ou d’annulation, le dysfonctionnement technique d’un prestataire est à prendre en compte. Au mois de juillet, un problème de montage de scène au Midi Festival dans la région de Toulon a obligé les organisateurs à annuler le festival. Il en fut de même pour le concert de Marc Lavoine Zénith de Pau le 14 décembre qui a dû être en raison d’un problème lié à un prestataire.

La mauvaise santé financière de sociétés de production peut également représenter un danger quant à la bonne tenue de vos événements. La tournée d’une douzaine de dates du spectacle pour enfant « Pat’Patrouille » a par exemple été annulée suite à la liquidation judiciaire de la société productrice du spectacle.

  • Annulations d’artistes

L’annulation d’un ou plusieurs artistes programmés est souvent la cause de l’annulation partielle ou totale de certains événements. Les causes et la gravité de ses annulations sont extrêmement diverses comme le montrent ces quelques exemples : Booba a annulé sa venue au Festival du Cabaret Vert suite à sa mise en examen dans l’affaire de la bagarre d’Orly. Bigflo et Oli avaient dû annuler leur venue au festival Arts Sonnés pour raisons professionnelles. Principale tête d’affiche du festival, leur absence a contraint les organisateurs à totalement annuler leur festival face aux prévisions de fréquentation engendrées par leur absence. Aphone le jour de son spectacle au Zénith de Rouen, Bigard s’est vu contraint d’annuler la date. L’humoriste Claudia Tagbo avait également dû annuler une date de sa tournée de Bourges en juin dernier suite à un problème familial. Véronique Sanson, atteinte d’une tumeur à la gorge a dû partiellement annuler sa tournée suite aux recommandations de ses médecins. Enfin, exemple le plus triste et frappant, le décès de l’immense Charles Aznavour, a entrainé l’annulation de sa tournée mondiale, interrompue dans un premier temps suite à une fracture du bras, alors qu’elle était initialement censée reprendre deux semaines plus tard.

  • Transports et blocages

Nous le savons tous, la perturbation des transports est assez fréquente en France. Si ces perturbations coïncident avec les dates de gros événements, elles sont souvent la cause de baisse de fréquentation de ceux-ci, voire de leur annulation. Les grèves de la SNCF et des aéroports à l’été 2018 ont causé de nombreuses annulations artistiques et ont fait perdre beaucoup de public à certains événements (20 000 festivaliers en moins au Download Festival estime Live Nation France).

En novembre, l’épisode des Gilets jaunes a également fortement perturbé le trafic autoroutier et notamment causé l’annulation du concert de Melvil Poupaud et Benjamin Biolay prévue à la Commanderie de Dole. Le nouveau festival électro INASOUND, parrainé par Jean-Michel Jarre et censé se dérouler au Palais Brongniart, a également dû être reporté « au printemps 2019 » à cause des rassemblements et manifestations organisés dans la capitale.

  • Accident de personne

Des accidents graves de personnes peuvent arriver en marge de manifestations musicales. Si on se souvient des terribles attentats de Las Vegas ou de Manchester survenus en 2017, les organisateurs doivent se prémunir contre des accidents ou tragédies pouvant arriver pendant leurs événements. Un festivalier du Rock’n Poche est par exemple décédé en marge du festival suite à une surconsommation d’alcool et de drogues.

 

Conclusion et perspectives

Comme le démontre cet article, les événements culturels continuent de connaître un succès toujours plus important. Malgré cela, les organisateurs sont sans arrêt sujets à des risques liés au temps et aux intempéries, aux artistes qu’ils bookent, à leurs prestataires ou encore au climat social du pays. C’est dans ce but et pour prévenir et s’occuper de ces problèmes qu’OVATIO intervient et propose des offres adaptées aux besoins et aux risques spécifiques auxquels doivent faire face les organisateurs d’événements selon les secteurs.

Je continue en découvrant la deuxième partie du Bilan de la saison culturelle 2018 par OVATIO

DERNIERS PROJETS
NEWSLETTER
Découvrez la newsletter d'Ovatio